Editorial de la rentrée 2018

Chers,

Comme le dit le Pape François au Peuple de Dieu :

« Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu…  Cela se manifeste clairement dans une manière déviante de concevoir l’autorité dans l’Eglise – comme l’est le cléricalisme, cette attitude qui « annule non seulement la personnalité des chrétiens, mais tend également à diminuer et à sous-évaluer la grâce baptismale que l’Esprit Saint a placée dans le cœur de notre peuple ». Le cléricalisme, favorisé par les prêtres eux-mêmes ou par les laïcs, engendre une scission dans le corps ecclésial qui encourage et aide à perpétuer beaucoup des maux que nous dénonçons aujourd’hui. Dire non aux abus, c’est dire non, de façon catégorique, à toute forme de cléricalisme…

« Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui », nous disait saint Paul. Au moyen de la prière et de la pénitence, nous pourrons entrer en syntonie personnelle et communautaire. »

Dans ce moment difficile de la vie de l’Eglise, nous voulons entourer par notre prière et notre compassion les victimes de ce drame qui a touché plusieurs pays.

Nous sommes l’Eglise, Corps du Christ. C’est pourquoi nous voulons renforcer les liens d’amour avec notre Père du Ciel et notre frère Jésus le Christ, ainsi que les liens communautaires entre nous.

Notre paroisse est très dynamique malgré beaucoup de départs à la fin de l’année scolaire.

Au début de cette année scolaire et pastorale, je suis très heureux de voir de nombreuses familles qui arrivent dans notre communauté.

Je me réjouis de voir tant de personnes s’engager dans l’animation des activités au sein de notre paroisse. Tout cela est un grand don de Dieu et nous ne sommes que ses serviteurs.

Que cette abondance de la grâce de Dieu ne nous endorme pas et ne laisse nos aspirations satisfaites..

Au contraire, que cela nous inspire et nous stimule pour apporter davantage au service de la Bonne Nouvelle et le Royaume de Dieu.

Bonne Année pastorale 2018-2019

Votre père Slawek

 

Editorial de septembre

Chers, aujourd’hui c’est le jour de notre rentrée paroissiale, je souhaite la bienvenue aux nouvelles familles et à tous les nouveaux arrivants et à vous tous qui depuis plusieurs mois ou années partagez la vie de notre communauté. Aujourd’hui le Seigneur nous invite à venir travailler à la vigne. Peut-être pensons-nous que ce n’est pas le moment, qu’il est trop tôt ou trop tard, que nous ne sommes pas encore prêts…
Le Seigneur est patient et à l’image du maître de la vigne, il nous appelle inlassable-ment. Ouvrons l’oreille de notre cœur afin d’entendre son appel.

Père Slawek

20 ans du sacerdoce du père Slawek

Le 24 mai 1997 le père Slawek été ordonné prêtre en Pologne. Il fête donc cette année ses 20 ans de sacerdoce.
Le dimanche 28 mai le père Slawek célébrera une messe d’action de grâce pour ses 20 ans de sacerdoce, et il nous vous invite à se joindre par la prière ou lors de la célébration eucharistique, ainsi qu’à un apéritif.

Temps de l´avent

couronne-avent-01Chers paroissiens,
Ce dimanche 27 novembre, nous entamerons une nouvelle année liturgique ainsi que le temps de l’Avent qui va nous préparer à Noel, la venue du Seigneur parmi nous les hommes.

Pour approfondir le sens de cet événement, je vous propose de lire et de regarder la catéchèse qui s’adresse aux adultes sous le lien suivant :

http://noel.catholique.fr/questions/pourquoi-et-comment-fait-on-une-creche/pourquoi-et-comment-fait-on-une-creche/

Vous allez certainement installer, chez vous à la maison, une crèche qui nous rappelle la naissance de Jésus. Je vous invite à prendre votre crèche en photo et à amener cette photo à l’église, un dimanche pendant le temps l’Avent, afin de l’afficher sur un panneau qui sera à votre disposition. Chaque crèche sera sans doute différente – cette différence exprimant nos diversités – mais elle exprimera surtout notre Foi en l’incarnation de Dieu parmi les hommes.

Pendant le temps de l’Avent, je vous invite le mardi 13 décembre à participer à la soirée de réconciliation avec l’adoration du Saint Sacrement de 18h30 à 21h30 pour contempler le visage du Christ miséricordieux. Plusieurs prêtres seront présents pour vous accueillir et vous rencontrer.

Père Slawek et le Conseil paroissial

Le mot de la rentrée – rentrée 2016

Père SlawekChers paroissiens,

En cette année de la Miséricorde voulue par le pape François, nous commençons avec l’élan de l’Évangile une nouvelle année pastorale.

Ce dernier temps a été marqué par les JMJ à Cracovie avec tous les jeunes qui désirent marcher avec Jésus le Christ et l’Eglise.

Nous amorçons une nouvelle étape avec l’Eglise locale et notre nouvel évêque de Limburg, Monseigneur Dr Georg Bätzing. Nous regardons l’avenir avec espérance. Au sein notre communauté et dans les multiples activités, nous allons vivre plusieurs réorganisations dans la catéchèse des enfants.

Nous voulons confier au Seigneur tous nos projets et chaque personne qui nous est proche.

Que Dieu Tout Puissant nous bénisse pour cette nouvelle année pastorale.

Père Slawek

Avent: qu’attendons-nous ?

Couronne de l'Avent

Couronne de l’Avent

L’Avent est un temps d’attente, et c’est pourquoi on peut considérer ce temps liturgique comme un temps de gestation. Mais ce temps est marqué par la figure de Marie, la femme qui attend la naissance de Jésus : or la Tradition voit dans la personne de Marie en attente de la naissance de Jésus, une figure de l’Église qui attend la réalisation des promesses. C’est ce qui peut nous inviter à considérer l’Église comme un corps en gestation.
Qu’est-ce que l’Église attend vraiment ? Ici il faut ajouter aussitôt, qu’en parlant de l’Église, on considère non pas une institution extérieure, sociale et politique, comme on parlerait d’un syndicat, d’un parti politique, ou d’une région, mais l’ensemble des chrétiens, et donc nous-mêmes, chacun comme membres du corps.

Dieu se rend visible à nos yeux

Dieu l’invisible, l’éternel, celui qui peut dire en toute vérité « je suis Dieu, et non pas homme » se fait homme parmi les hommes, l’un d’entre nous. Il entre dans notre histoire et fait donc de l’histoire humaine un temps de gestation. C’est pourquoi l’Avent nous rappelle que le temps que nous vivons, depuis la naissance du Christ à Bethléem, mais surtout depuis sa mort et sa résurrection, est un temps de gestation.
La gestation dont nous faisons mémoire durant l’Avent, ce n’est pas seulement celle de Marie, mais celle du Royaume. On sait que dans l’Évangile, Jésus parle du Royaume de Dieu avec des images, la graine de moutarde, la levure qui fait lever la pâte : des images qui disent la gestation du Royaume. Si l’on peut dire que l’Église est en gestation, c’est parce qu’elle attend et prépare le Royaume dont elle est déjà une certain réalisation.

Extrait d’un article de P. Patrick Prétot, bénédictin, sur Croire.com, 13 octobre 2015

Édito – rentrée 2015

Père SlawekChers paroissiens,
Après ces mois d’été où chacun a pu se reposer, se détendre, se ressourcer, nous nous retrouvons pour une nouvelle année pastorale, une aventure à vivre ensemble à la suite du Seigneur.
Cette année sera marquée par des dynamismes qui nous viennent de la vie de l’Eglise universelle.
Au mois d’octobre aura lieu à Rome l’Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques sur la vocation et la mission de la famille dans l‘Eglise et dans le monde contemporain.
Nous serons invités à accueillir le jour venu, avec foi et bienveillance, le texte qu‘écrira le pape François.
Début décembre, s’ouvrira le Jubilé de la Miséricorde voulu par le pape François. Le pape souhaite voir « comment l’Eglise peut rendre plus évidente sa mission d’être témoin de la Miséricorde ». Sans doute va-t-il inspirer l‘Eglise universelle et nous désirons aussi qu’il conforme notre vie paroissiale pendant cette année.
Dans sa lettre Misericordiae Vultus, le pape invite à pénétrer davantage le désir de Dieu de nous rejoindre pour que notre monde, si souvent blessé par des manques d’amour et de dignité, puisse recevoir les ressources nécessaires pour changer sa face et son cœur.
La vie liturgique, la catéchèse des enfants, l’aumônerie, les différents groupes, tout sera baigné par cette orientation d’apprendre à accueillir la miséricorde de Dieu et de grandir dans sa transmission.
Je voudrais inviter nos jeunes à entrer aussi dans ce dynamisme de la Miséricorde de Dieu en participant aux Journées mondiales de la jeunesse en juillet 2016 à Cracovie. Dans le cadre de l’Aumônerie, nous proposons de préparer ce grand événement.
Merci par avance pour la vitalité que vous apportez à notre communauté qui a besoin de la bienveillance et de la participation de tous.
Dans l’Eglise, il n’y a pas de spectateurs, il n’y a que des membres actifs au service de l’évangélisation.

BONNE RENTRÉE

Père Slawek

Remerciements

bougie-04Comme les années précédentes, vous avez été très nombreux à animer notre vie paroissiale et je remercie tout particulièrement ceux qui ont assumé la liturgie et les chants, accompagné les groupes de jeunes et d‘adultes: Aventuriers du Cœur, JAFRA, Groupes de partage, ou préparé nos enfants à la Première Communion. Merci à tous les catéchistes qui ont assumé le service de la catéchèse avec un très grand dévouement. Merci aussi aux équipes qui ont assuré, d‘une part, la préparation au baptême des enfants d‘âge scolaire et, d‘autre part, la préparation au mariage.
Merci également à tous les membres de notre Conseil paroissial. Mes remerciements s‘adressent tout particulièrement aujourd’hui aux membres de notre paroisse qui vont malheureusement nous quitter et qui se sont inlassablement dévoués au service de notre communauté et de l‘Évangile.
Père Slawek

Ne sacrifions pas dimanche pour gagner plus

Mgr Barbarin

« Le jour du Seigneur est le seigneur des jours“ disait Jean-Paul II. Il serait heureux qu‘en France, les chrétiens donnent à ce sujet un témoignage clair. Ce jour là, ils son invités à vivre dans une logique autre que celle de la production ou du commerce. Ils prennent le chemin de l‘Eglise pour retrouver la communauté, ils posent des actes concrets de partage: prendre du temps pour les proches, visiter une personne malade ou âgée, donner de leurs biens à qui en a besoin… Celui qui sait garder de la distance par rapport à l‘argent et au travail offre un témoignage de liberté, toujours très parlant.

Benoît XVI a expliqué cela plusieurs fois: « Il est indispensable que l‘homme ne se laisse pas asservir par le travail, qu‘il n‘en fasse pas une idole, prétendant trouver en lui le sens ultime de sa vie. C‘est dans le jour consacré à Dieu que l‘homme comprend le sens de son existence ainsi que son travail.“
Le précepte du repos hebdomadaire protège la vie des familles et sert la dignité et la liberté de chacun. Il donne un espace pour la prière, la détente et la gratuité, pour la joie toute simple de retrouver les siens.
Extrait du document « Ne sacrifions pas dimanche pour gagner plus“ par le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon
1 2